LE LITTERATHON FEMININ D’ANTASTESIA

Aujourd’hui, je me lance enfin dans mon premier article. Je dois avouer que ça me stresse un peu. J’ai décidé de commencer en écrivant à propos de mes lectures pour le litterathon d ‘Antastesia. Ce ne seront donc que des oeuvres écrites par des femmes que j’ai pris beaucoup de plaisir à lire. Sincèrement, j’y ai fait de belles découvertes.

1. catégorie lgbtq+ : IDYLLE SAPHIQUE – Liane de Pougy

Résumé : Nhine, une des plus belles courtisanes de son époque, s’ennuie de son quotidien. C’est alors que vient à sa rencontre Flossie, une jeune anglaise éprise de la jeune femme et qui lui avoue son amour inconditionnel. Intriguée et amusée, Nhine va accepter de laisser cette étrangère entrer dans sa vie.

Ce roman est l’un des piliers de la littérature lesbienne. Il relaterait l’histoire tumultueuse que son auteure a eu avec Nathalie Clifford Barney. Liane de Pougy était l’une des plus grande beauté de son temps, une courtisane des plus reconnues et ouvertement bisexuelle – aillant des amants des deux sexes.

J’ai globalement beaucoup aimé ce roman, notamment à partir du moment où Nhine et sa meilleur amie Altesse partent de Paris. J’ai trouvé que la première partie du roman ne prenait pas assez son temps pour développer la relation entre la protagoniste et Flossie – ce qui est cependant cohérent puisque leur relation prend de l’ampleur très rapidement. La fin du roman m’a parut prévisible dans les événements qui s’y déroulent. Cependant, la dernière page du roman et la manière abrupte dont il se finit m’a tout de même surprise. Cette fin m’a beaucoup plue ; j’aime énormément les fins brutales.

En ce qui concerne les personnages, ma préférée est Altesse qui est très rationnelle sur le monde dans lequel elle vit et sa condition de femme – ce que cela implique d’être une femme à cette époque. Nhine est très manipulable et affaiblit par la société et sa condition. Elle voit en Flossie une solution de sorti de ce monde où elle est dépendante des hommes – de part sa condition de courtisane entre autre. Je pense que malgré cela son amour pour Flossie est sincère. Enfin, il y a Flossie avec laquelle j’ai eu beaucoup plus de mal. Sa relation de domination avec son mari et sa revendication d’être lesbienne – de vivre des amours avec des femmes, de ne pas s’en priver – m’a très intéressé. Cependant, elle reste une manipulatrice, qui vit au rythme de ses pulsions et de ses sentiments – pour la beauté – en blessant les êtres humains qu’elle fréquente.

Je recommande ce roman. Il vous racontera une histoire d’amour prenante même si prévisible à certains moments. Ses personnages sont attachants et l’époque y est dépeinte du point de vue d’une femme. J’aime personnellement beaucoup voir le monde et des personnages féminins développés par des femmes.

2. catégorie poétesse / étrangère : ANTHOLOGIE DES FEMMES POETES DU MONDE ARABE – Maram al-Masri

Résumé : Cette oeuvre est un recueil qui vous présentera des poétesses d’énormément de pays arabes (Liban, Syrie, Irak, Koweït, Arabie Saoudite, Bahreïn, Emirats arabes unis, Abu Dhabi, Qatar, Oman, Yemen, Jordanie, Palestine, Egypte, Soudan, Lybie, Tunisie, Algérie, Maroc et Mauritanie).

Tout d’abord, je ne sais pas vous mais je ne lis pas beaucoup de poésie et, quand j’en lis, je lis principalement de la poésie d’hommes, et plus précisément d’hommes occidentaux. Plonger dans le monde de ces femmes a été un pur bonheur. Je l’ai lu quasiment en une traite tellement j’ai été émotionnellement emportée par ces poétesse.

J’ai particulièrement aimer Samer Abdel Jaber (Palestine), Fouzia Akermi (Tunisie)  et Zineb Laouedj (Algérie).

Le travail éditorial est très beau. Les éditions Le Temps des Cerises ont vraiment fait du beau travail. Tout comme la femme qui a porté ce projet Maram al-Masri qui a écrit une introduction passionnante et bienveillante, très respectueuse des poétesses vis a vis de la traduction notamment. J’ai également beaucoup apprécié qu’à la fin de l’oeuvre il y est un récapitulatif de toutes les auteures citées, leur pays, etc.

Je ne peux que vous recommander cette ouvrage et plus généralement de lire de la littérature non occidental. Je pense approfondir la lecture des auteures que j’ai le plus appréciées et également découvrir d’autres femmes venant d’autres cultures (Asie de l’Est, Amérique latine, etc).

Rasha Omram

Je n’ai pas besoin de blesser mon doigt avec un couteau
Je connais bien la couleur du sang
Chaque matin, je le vois sur mon oreiller
comme une rose rouge que m’a laissée
l’amant de la nuit passée

Touria Iqbal

Dans la souffrance de ces temps-ci
quel miracle que de faire jaillir
sous d’épaisses ténèbres
la lueur du feminin
ensevelie dans l’humain.

3. catégorie non fiction / étrangère : FEMMES, RACE ET CLASSE – Angela Davis

(résumé) La quatrième de couverture indique : « Le système esclavagiste définissait les Noirs comme une marchandise humaine. Puisque les femmes étaient considérées comme des unités de travail productrices de profit au même titre que les hommes, leurs propriétaires ne faisaient aucune différence entre les sexes. Un universitaire affirme ; « La femme esclave était la servante perpétuelle de son propriétaire et, fortuitement, épouse, mère et femme au foyer. » Si l’on se réfère aux tendances de la nouvelle idéologie de la féminité au XIXe siècle, la glorification des mères nourricières, douces compagnes et maîtresses de maison, transformait les femmes noires en anomalies. »

Pour cette oeuvre je n’ai pas voulu me risquer à un résumé foireux et approximatif, j’ai donc repris la quatrième de couverture. Cette oeuvre est la plus marquante que j’ai lue depuis bien longtemps.

Cela fait maintenant quelques années que je me revendique comme féministe. Je m’intéressais aux inégalités modernes et ne m’étais jamais vraiment renseigner sur ce qu’avait pu être le passé des femmes et de comment concrètement elles s’étaient battues pour leur droit, ni même au lien étroit entre le combat mené par les femmes et celui mené par les personnes noires.

Ce livre explique l’esclavage, son abolition, la place des noirs suite à cela, l’acquisition de leur droit, et en simultanément la place de la femme au sein de la société. Le livre ne délaisse jamais l’un pour l’autre. Il parle assez équitablement de tout le monde, et surtout des femmes noires. Il n’hésite pas critiquer certaines positions prises a l’époque par les deux parties. Loin du manichéisme, il nous est livré le combat dur, acharné et imparfait (dans certains cas) d’opprimé, par un système qui exploite ou rejette une partie de sa population au profil d’une autre.

Ce qui m’a le plus marqué, c’est que bien qu’il soit sorti au début des années 1980, certains propos, surtout à la fin de l’essaie, sont toujours d’actualité – notamment sur la place de la vie ménagère chez les femmes.

Angela Davis vient beaucoup citer des discours, des lettres, des écrits d’autres personnes afin d’appuyer son propos. Ce que j’ai personnellement beaucoup apprécié.

 » D’où vient votre Christ ? De Dieu et d’une femme ? L’homme n’a rien a voir avec lui. » – Sojourner Truth

Ce livre va également vous présenter beaucoup de personne, notamment de femme noire, qui ont marqué l’Histoire et dont vous ne connaissez peut être pas l’existence – je pense notamment à un chapitre qui s’attarde vraiment à présenter des femmes blanches et noires essentielles à l’avancer des droits des femmes et des personnes noires.

Je recommande énormément ce livre, qui est vraiment un énorme coup de coeur. Il m’a donné envie de lire plus d’essaie. J’ai notamment lu Nous Sommes Tous des Féministes de Chimamanda Ngozi Adichie (dont je parlerai dans mon prochain article sur mes autres lectures d’aout) et je suis en train de lire Bad Feminist de Roxane Gay.

4. catégorie (autre) autobiographique : LA MAISON DE CLAUDINE – Colette

Résumé : Colette nous raconte son enfance en campagne, en de très courtes nouvelles. Elle nous y parle notamment de sa mère. Je suis très mitigée vis-à-vis de cette oeuvre.

Tout d’abord, j’ai énormément apprécié la plume de Colette, c’est plus le format qui m’a déplu et empêcher de rentrer dan l’oeuvre complètement. J’ai eu beaucoup de mal à en venir a bout.

Mes nouvelles préférées sont Ma soeur aux longs cheveux, Ma mère et les livres, Le curé sur le mur (sans doute ma préférée), Epitaphes. J’en ai bien évidement appréciées d’autres mais celle-là m’ont vraiment marquées.

Le style n’en reste pas moins sublimes et certaines citations m’ont beaucoup marquées.

« Ce ne serait pas la peine de mourir, si on ne devenait pas plus raisonnable après qu’avant. »

« A treize ans, il ne faisait pas beaucoup de différence entre un vivant et un mort »

« Ma mere, immobile, avait penchéla tête pour mieux entendre et regardait, avec une sorte d’horreur, cette étrangère qui n’appelait a elle, dans son délire, que des inconnus, »

« J’avais douze ans, le langage et les manières d’un garçon intelligent, un peu bourru, mais la dégaine n’était point garçonnière, a cause d’un corps déjà façonné fémininement, et surtout de deux longues tresses, sifflantes comme des fouets autour de moi. »

Cette oeuvre est restée plaisante bien que difficile par instant. Je pense redécouvrir Colette à travers d’autres de ses oeuvres, notamment Chérie qui me tente beaucoup.

Voilà, ça en est tout pour ces quatre oeuvres du challenge litterathon féminin que j’ai réussi a tenir et j’en suis tout de même assez fière. J’ai très hâte de le refaire l’année prochaine. Mon prochain article portera sur mes autres lectures d’Aout mais sortira un peu plus tard en Septembre. J’ espère que cette revue vous a plue.

N’hésitez pas à me dire ce que vous en avez penser, à émettre des critiques sur la forme, ou à exposer un avis diffèrents (sans oublier de rester bienveillant bien-sur).

Je vous souhaite une agréable journée ou soirée.

Georges (nom. f.)

PS : excusez les fautes d’orthographe, je fais vraiment de mon mieux mais j’ai énormément de mal.

Publié par georges (nom. f.)

Je suis en fac de lettres et me passionne pour la littérature Je vais donc parler littérature ; on parle plus d’un journal de lecture que de critique pur et dur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :